LE TOUR DE LA GASPÉSIE EN VÉLO


Cet été était parfaitement désigné pour partir à la découverte de notre belle province. De mon bord, j’en ai profité pour partir à l’aventure, découvrir une région du Québec que j’avais déjà visité principalement en hiver, la Gaspésie. Mon plan, je dirais plutôt notre plan, puisque je suis partie avec Florence avec qui j’avais découvert l’Amérique Centrale, était de prendre notre vélo, d’aller à Matane et de partir à l’est. Deux filles, deux vélos, deux semaines et 763 km étaient de la partie.


Florence et moi sommes parties de Matane un bon matin du 3 juin, avec, en tête, d’atteindre Gaspé une semaine plus tard. Entre nous et cette magnifique ville portuaire il y avait seulement 300 km, les côtes madeleines et de paysages à couper le souffle.

L’avantage de la Gaspésie est que le camping sauvage est autorisé et il est possible de camper gratuitement un peu partout sur les plages publiques ou dans les aires de repos. Dues à la COVID19, toutes les aires de repos étaient fermées, principalement les toilettes !! Une chance que les gens de la péninsule gaspésienne sont accueillants et qu’il a été possible de trouver des âmes charitables pour remplir nos gourdes et des stations d’essence ouvertes pour aller aux toilettes!

NOTRE TRAJET

Jour 1 : Matane -> Saint-Anne-des-Monts

Jour 2 : Saint-Anne-des Monts -> Rivière Madeleine

Jour 3 : Rivière Madeleine -> Grand-Étang

Jour 4 : Grand-Étang -> Gaspé

Jour 5 : Gaspé

Jour 6 : Gaspé -> Douglastown

Jour 7 : Douglastown -> Percé

Jour 8 : Percé -> Sainte-Thérèse

Jour 9 : Sainte-Thérèse de Gaspé -> Shigawake

Jour 10 : Shigawake ->Carleton sur mer

Jour 11 : Carleton sur mer

Jour 12 : Carleton sur mer -> Escumiac

Jour 13 : Escumiac -> Sainte-Florence

Jour 14 : Sainte-Florence -> Matane

Le trajet entre Matane et Gaspé est magnifique, mais loin d’être plat, sauf avant Rivière Madeleine. De plus, cette partie longe le fleuve. Lors de cette partie du trajet, je vous conseille de quitter la 132 chaque fois qu’il y a une route secondaire, ce qui va vous permettre de visiter tous les villages hétéroclites se trouvant le long du Saint-Laurent. Nous avons passé la nuit à Rivière Madeleine, car une série de côtes sur 18 km nous attendait. Les côtes Madeleines sont le plus gros défi de tout le voyage. 1300 m de dénivelé sur 80 km, avec une montée de 290 m de dénivelé sur un peu plus de 6.5 km.

Malgré que ce soit le plus difficile, le trajet entre Rivière-Madeleine et Percé est le plus photogénique. En effet, en haut de chaque montée se cache un point de vue magnifique sur les falaises qui bordent le fleuve et chaque descente abrite un village aux maisons colorées, une plage de sable blanc et des bateaux à l’ancre. Les gens sont extrêmement accueillants et, à la limite de leurs moyens, vont vouloir vous aider ou seulement avoir une discussion. Il n’y a pas de piste cyclable et pédaler le long de la 132 est parfois fatigant, dues au passage incessant de voitures. Je vous conseille de faire des petites journées et de prendre les routes connexes le plus souvent possibles.

Après Percé, nous nous sommes retrouvés dans la baie des Chaleurs où la route s’aplatit, les vents dominants se retrouvent dans notre dos et les températures se réchauffent. Personnellement, cette section est très belle, mais n’égale pas les paysages du nord de la Gaspésie. Certains villages valent la peine d’y rester plusieurs jours et mon coup de cœur personnel est Carleton-sur-Mer. C’est un village dont les sports aquatiques font partie intrinsèque de la culture, que ce soit kyte, voile, paddle ou kayak. De plus, c’est la maison de la microbrasserie le Naufrageur qui offre des spectacles estivaux, de la bonne bouffe et des bières toutes plus originales les unes que les autres.

Le dernier stretch qui vous ramène à Matane se fait le long de la Matapédia, une rivière réputée pour la pêche au saumon et ces moustiques, dépendant du temps de l’année. Malgré que la vue sur la rivière soit magnifique, les 100 premiers kilomètres sont un faux plat montant qui, avec le vent dans le visage, fait mal aux jambes. De plus, prévoyé de la nourriture en avance, car, entre Sainte-Florence et Matapédia, il n’y a pas grand-chose. Dues à la présence désagréable de moustique, nous avons écourté notre séjour dans cette région en faisant deux grosses journées de +90km. Par contre, durant la bonne saison, cela vaut la peine d’y passer 3-4 jours pour y profiter des campings en nature, de la rivière et de la fraicheur forestière.

La Gaspésie est une région qui fait rêver plus d’un et après l’avoir découvert l’été, l’hiver, en auto ou en bateau, je peux vous confirmer que visiter cette région en vélo est un incontournable, car elle te permet de découvrir des lieux mythiques, de rencontrer une population accueillante et de faire des photos dignes de cartes postales!

Les MUST DO

1. S’arrêter dans les dépanneurs et acheter de la bière locale (≈15 microbrasseries)

2. Visiter les différents pubs qui, généralement produisent leurs propre bière

3. Dormir dans la halte routière juste au dessus de Percé

4. Regarder le coucher de soleil à Saint-Anne-des-Monts

5. S’initier à la voile à Carleton-sur-Mer

6. Se baigner dans les eaux cristallines de la Matapédia

7. Faire une sieste sur la plage (Un peu partout)


©2020 by Laura's Photography. Proudly created with Wix.com